Benchmark de frameworks de mapping objet

logo-java-performanceCe billet a pour origine un commentaire posté dans mon précédent billet et dans lequel Laurent demandait un retour d’expérience sur l’utilisation de frameworks Java de mapping objet vers objet tels Dozer ou ModelMapper.

Dans l’architecture d’une applicative n-tiers, une couche de mapping objet / objet peut intervenir à plusieurs niveaux :

  1. En entrée ou en sortie d’un web service SOAP afin de convertir en objet métier les DTO générés à partir du WSDL, ou inversement.
  2. Entre la couche de présentation et la couche de services métiers lorsque la première expose des DTO et la seconde travaille avec des objets métiers.
  3. Entre la couche de services métiers et la couche d’accès aux données afin de mapper les entités persistances en objets métiers.

Dans le premier exemple, le développeur n’a guère le choix. Dans les 2 autres, il s’agit d’un choix d’architecture.
L’introduction d’une couche de mapping n’est pas un choix à prendre à la légère : ayant pour objectif de découpler les couches, elle complexifie l’application et peut détériorer ses performances. Le choix d’en introduire une et d’utiliser un framework pour faciliter sa mise en œuvre n’est pas non plus évident.

Ce billet est découpé en 2 parties :

  1. Une première dressant les avantages et les inconvénients d’utiliser Dozer par rapport à une approche manuelle,
  2. et une seconde présentant les résultats d’un micro-benchmark comparant plusieurs frameworks : Dozer, Orika, Selma, MapStruct et ModelMapper.

Lire la suite